Reste avec Moi : Ayobami Adébayo
Reste avec Moi : Ayobami Adébayo

Reste avec Moi : Ayobami Adébayo

La vie est une succession de surprises. Il y en a d’autres qui sont bonnes et d’autres encore qui sont mauvaises ou pas du tout reluisantes. Chaque étape de la vie est une difficulté à surmonter non pas pour un bonheur immédiat, mais plutôt pour une joie de vivre et d’espérer. Yéjide et Akinyele les protagonistes de cette magnifique œuvre ‘’ Reste avec moi ‘’ qui se traduit en yoruba par ‘’ Rotimi ‘’ vont au cours des lignes des pages et parties narrer leur vie de couple sans enfant, d’époux stérile, de femme adultère et de famille hostile. Cet immense volume est transcrit sur 315 pages. Il a été édité aux éditions Flore Zoa et publié en 2017. Il a été traduit de l’anglais par Josette. Il reçoit le prix Les Afriques 2020 et aborde diverses thématiques dont la stérilité, le deuil, le mariage, la pression familiale.

Reste avec Moi : Ayobami Adébayo

Résumé de l’ouvrage ‘’Reste avec moi ‘’ de Adébayo Ayobami

L’histoire de Akinyele et Yéjide débute dans les années 1980. En effet, comme tout jeune de cette époque voulant voir les nouveaux films, il doit se rendre au cinéma. C’est ce que fit Akin lorsqu’il tomba sous le charme de Yéjide. Un charme qui le laissa perplexe. Au point de l’amener à ne plus suivre le film pour lequel il était venu à Oduduwa Hall sur le campus d’Ife. 

Mieux, il rompit cette soirée même avec la fille qui l’avait accompagné afin d’avoir la chance de gagner le cœur de Yéjide. La réaction de Yéjide ne se fit pas attendre, car elle accepta même si au début elle opposa quelques résistances. Celles-ci pour montrer qu’elle n’est pas une fille facile qu’on peut berner avec une voiture et des billets de banque claquants.

Après leur mariage et installation dans leur maison, la pression familiale commença. Les parents de Akinyele veulent un enfant, une progéniture pour leurs vieux jours et surtout leur honneur. Malgré les efforts du jeune couple Ajayi, il n’eut pas d’enfants. Les examens médicaux ne notifièrent aucun problème de la part des partenaires. 

Malgré l’intense amour qui subsiste entre Akin et Yéjide, leurs vœux ne se réalisèrent pas. La consultation des devins et autres ne donnèrent rien.

A contrario, une question subsiste : A qui jeter le tort ? Les examens médicaux ont-ils tout révélé sur l’état de santé de Akin ? Le plan établi par Akin et Dotun est-il à la base de la mort de ses deux premiers enfants ? Le couple va-t-il toujours résister aux intempéries ?

Analyse de l’ouvrage ‘’Reste avec moi ‘’

Tout auteur en racontant et en dénonçant les maux qui minent sa société, arrive à s’intéresser à ses propres problèmes et à son quotidien. Ce faisant, il ressort à travers sa plume :  

  • ses amertumes, 
  • ses joies, 
  • ses peines et bonheurs.

Adébayo ne se déroge pas à cette règle. Son œuvre qui est, si l’on peut le dire son histoire personnelle, nous met en contact avec cette intimité. Sans faire perdre le lecteur, elle le situe dans le temps et du moment où cette histoire commence réellement. Ainsi donc, le lecteur se voit à travers les lignes dans les années 1980. 

Mieux, en situant le lecteur, elle accompagne cela des faits historiques qui perdurent encore dans la mémoire des nigérians. Il s’agit par exemple du coup d’État de Babangida instaurant ainsi un gouvernement militaire.

Cet ouvrage, au lieu de commencer par le début de l’histoire, a préféré commencer par la fin. Un procédé utilisé par l’auteur pour montrer la maîtrise de sa plume. Et surtout amener le lecteur à avoir un aperçu du déclin du roman « Jos, décembre 2008. Je dois quitter cette ville aujourd’hui pour aller … » p.11. 

Mieux, comme on le voit d’habitude dans les romans, c’est une seule personne qui raconte les faits et se fait porte-parole des autres personnages. Mais ici c’est deux personnages qui relatent les évènements dans cet ouvrage.

Ce volume, en plus d’avoir des particularités trop spéciales, touche certains faits sociétaux propres à l’Afrique et à nos cultures. Ainsi, cherchait-elle un enfant, elle sera obligée de passer par tous les moyens. Même les consultations des divinités et des hommes religieux. « Il avait dû remarquer que je ralentissais. 

La montagne était escarpée… » p.59. Aussi, dans les couples, si l’enfant peine à venir, les grands-parents se donnent pour mission de trouver une seconde épouse à leur enfant. Cela dans le but de voir de leur vivant leurs petit-fils. Un phénomène répandu en Afrique et qui se rattache à la tradition. 

Surtout dans la culture Yoruba elle est récurrente. « Mère, dit Fummi. Elle se tenait toujours à genoux… » p.45. Pire, en choisissant une autre épouse à leur fils, ils oublient de demander si le problème de fécondité vient de leur fils ou pas. Car pour la famille en Afrique, c’est toujours la femme qui est inféconde dans le couple ou trop incapable de porter un enfant en son sein. 

Mis à part la stérilité, il y aussi le deuil acharné sur le couple Ajayi. Une fois tombée grosse, Yéjide ne gardait pas ses enfants plus de deux ans. Tout cela à cause d’une maladie génétique transmise par le petit frère de Akin. Celui-ci découchait la femme de son frère sous l’ordre de ce dernier  «  Il faut qu’on parle décréta-t-il debout… » p.186. 

Enfin, l’auteur dans sa narration montre que l’espoir est permis dans un couple malgré les difficultés et séparations. Car la dernière fille à laquelle elle donna vit après deux décès prit le nom de Rotimi « Reste avec nous ».

Avis critique de l’œuvre ‘’ Reste avec moi ‘’

L’ouvrage est subdivisé en quatre parties et en 42 chapitres. Le niveau de langue est à la portée de tous les lecteurs quel qu’en soit leur niveau. L’usage des figures de styles ( comparaison, métaphore, gradation et autres…) montre la diversité des idées développées par l’auteur. 

L’usage des noms et des mots en Yoruba montre la maîtrise de la langue Yoruba par l’auteur. Il montre aussi son attachement à sa culture et la preuve est que son nom aussi l’est. Au-delà de tout cela, le titre de l’œuvre qui en premier regard fait penser à une histoire d’amour. 

Il nous désillusionne en nous montrant l’amour, mais l’amour d’une mère pour son enfant : « Je tiens la main de ma fille … » p.313.

Cependant, l’utilisation de double personnalité peut embrouiller tous lecteurs habitués à la monotonie de voir une seule personne narrer le récit. L’abondance des mots Yoruba dans le texte peut consisté à ralentir le rythme de lecture pour les non-locuteurs de cette langue. 

Reste avec Moi : Ayobami Adébayo 4ème de couverture

Description de l’œuvre

L’ouvrage est un véritable mélange de couleurs et de motifs. De prime abord, il a un motif qui recouvre toute la surface de la première de couverture. Cette surface est colorée en différentes couleurs. Nous pouvons aussi voir des traces qui frisent celle de la géomancie. Une pratique propre à l’Afrique. 

Alors, les ancêtres viennent à la rescousse de Yéjide qui est en quête d’enfants. Tout juste après, il y a une chèvre qui vient appuyer le bienfait des ancêtres doit être récompensé par un sacrifice en leur honneur. La complexité des dessins et graffitis démontrent les sujets houleux développés par le roman. 

Surtout la complexité de l’histoire de famille entre Akin et Yejide et les problèmes et difficultés traversés sans résultat. La première de couverture comporte également le titre et noms de l’auteur. En bas  de cette première de couverture, il y a le prix remporté par l’ouvrage et la maison d’édition.

Sur la deuxième de couverture, nous avons l’inscription ‘’ Collection KALAHART ‘’ peint sur du belge.

Sur la troisième de couverture dans l’angle nous avons ‘’ Collection KALAHART’’. A coté le titre de l’ouvrage Reste avec moi Peint en noir pour montrer la tragédie dont il a été question dans l’œuvre. Juste en bas du titre, nous avons le nom de l’auteur écrit en caractère Yoruba.

A la suite du nom, on a un bref résumé de l’ouvrage suivi d’un aperçu de la vie de l’auteur. Enfin, l’affirmation de Jennifer Makumbi « Adébayo est une contenue exceptionnelle un apport important aux voix émergentes de la littérature africaine ». Sur la quatrième de couverture, il y a le nom de l’auteur et le titre de l’ouvrage.

Bref aperçu sur l’auteur

Ayobami Adébayo, née le 29 janvier 1988 est une romancière et une journaliste nigériane.


Thierry HOUNYE chroniqueur à l’ivre Du Livre. Il est philosophe de formation à l’UAC ( Université d’Abomey-Calavi).

Articles Similaires
Ce que tu fais te fait de Félicien K. SOSSOU, une philosophie de vie : à la source des principes  régissant la vie.

L'univers est régi par des lois. L'homme est partie intégrante de la nature et donc forme avec elle un tout. Lire plus

Kidal de Myrtille Akofa HAHO 
visuel pour chronique livre sur l'ivre du livre

Le livre Kidal de Myrtille Akofa HAHO est un recueil de six (06) nouvelles publié aux éditions Savanes du continent Lire plus

Le Garçon Safou : Grégoire Folly 
Le Garçon Safou : Grégoire Folly 

Janas, petit garçon, à l’image d’un Safou, comme la plupart des garçons de son âge, a les bonnes manières en Lire plus

En paix avec la vie : comment guérir de la perte d’un enfant ? de Nadège ANAGO
En paix avec la vie : comment guérir de la perte d'un enfant ? de Nadège ANAGO

En paix avec la vie : comment guérir de la perte d'un enfant ? est un ouvrage autobiographique de 100 Lire plus

Wanilo : Rabelais Mahugnon KPECHEKOU 
Wanilo : Rabelais Mahugnon KPECHEKOU 

Wanilo, c’est le titre du premier ouvrage littéraire publié par le jeune écrivain béninois Rabelais M. KPECHEKOU. Ce recueil de Lire plus

Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre
Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre

L'homme est condamné à être libre et pour cela il doit en payer le prix. Si l'autre, mon semblable qui Lire plus

La violence faite aux hommes de Yvon Dallaire : un cri de cœur lancé pour une révision de la perception de la violence conjugale
La violence faite aux hommes de Yvon Dallaire : un cri de cœur lancé pour une révision de la perception de la violence conjugale

La famille est la plus petite institution de toute société. Mais c’est également l’instrument fondamentale à la survie de l’humanité. Lire plus

La plus belle maman de Edgar Okiki Zinsou
La plus belle maman de Edgar Okiki Zinsou

Qu'est-ce que la beauté ? Qu'est-ce ce qu'une belle femme ? Qu'est-ce qu'une belle maman ? C'est à ces diverses Lire plus

365 jours avec la sagesse bousanké (Boo) » écrit par OROU LOGOUMA Cosme
Lancement officiel de deux nouveaux ouvrages de Cosme Orou Logouma à Parakou

      «Il y a très longtemps, sur le rônier, chantait le vent des contes. Mars est là, voici venu le temps Lire plus

L’Eldorado de Mélissa : Malick CHABI GONI 
L’Eldorado de Mélissa : Malick CHABI GONI 

Le livre L’Eldorado de Mélissa est écrit par Malick CHABI GONI sur 169 pages. Ce recueil de nouvelles de l’auteur Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link