Chronique livre : Crépuscule des temps anciens  de Nazi Boni 
Chronique livre : Crépuscule des temps anciens  de Nazi Boni 

Chronique livre : Crépuscule des temps anciens  de Nazi Boni 

Crépuscule des temps anciens de Nazi Boni

Résumé de l’ouvrage crépuscule des temps anciens

L’Afrique vivait dans une plénitude qui, sans doute s’accommodait aux réalités de ses temps d’une pluralité de divinités. Elle jouissait d’un riche trésor de mystères et de magies. Les Nanyê-kakawa, homme génies ; Daandoanwa, génies guerriers ; Kanni-nipoa , habitants des cavernes; sont des dieux qui œuvraient encore pour la prospérité des hommes. 

Il y avait aussi sur cette terre de belles créatures valeureuses et vertueuses, de véritables guerriers capables de mourir pour la défense de la patrie. Au nombre de ces multiples créatures, Souroumanterhé, l’intrépide héros patriotique et Kya, le téméraire, héros patriotique également se distinguaient de par leur bravoure, deux héros capables d’une victoire sûre qui se noient dans un vil affrontement, provoqué par le dernier et encouragé par son géniteur. 

Qu’en sera-t-il de l’honneur, des gloires, de la réputation et des renommés de ces derniers ? « Le vieux Bwamu vivait ses derniers moments de bonheur fait d’insouciance et de quiétude » sans se rendre réellement compte de la triste aurore d’une ère nouvelle qui pointait à l’horizon. 

Il reçoit la visite d’un homme phénoménal descendu du ciel (p. 215) une porte ouverte à l’exploitation et la colonisation des Noirs par les Blancs. ll a été à l’origine de la destruction du patrimoine et de l’histoire des Bwamu. Triste et tragique crépuscule des jours fastes où la convivialité et l’harmonie berçait les vies. De peur que ce passé ne soit emporté dans les vagues tumultueuses de l’histoire, Nazi Boni se fait gardien de la mémoire Bwamu.

Analyse succincte du contenu de l’oeuvre Crépuscule des temps anciens 

Effondrement « civilisationnel » d’un peuple, pourrait-on de façon métaphorique, retenir de la lecture de ce livre historique « Crépuscule des temps anciens » (250 pages, Présence Africaine, Paris, 1962.) Surmonter son complexe d’aliéner, ses rancœurs, ses sauvageries et boutades de toutes sortes, travailler au-delà de ses limites, croire en ses potentialités et surtout se réconcilier avec elle-même et ensuite avec le reste du monde singulièrement l’Europe. 

N’est ce pas ce à quoi Nazi Boni convie l’Afrique ? De toute évidence, à travers sa production littéraire, l’auteur laisse entrevoir une Afrique sous trois différents clichés: une Afrique des temps anciens, une Afrique secouée par ses propos maux et celle des temps nouveaux. Mais avant tout, le livre se veut une chronique, celle des Bwamu, la chronique d’une histoire empreinte des exploits d’une contrée africaine fière de ses atouts. 

L’auteur emporte dans une spirale d’épopée qui va de l’évocation de l’âge d’or des Bwamu pour s’achever dans le sang et les ruines de la grande révolte de 1916. Du bout de la plume de Nazi BONI à la fin du livre, on mesure la détresse et la tristesse de ce peuple maté et martyrisé. 

Le Bwamu porte encore les stigmates de cette révolte et de sa répression. La vue sur la vie d’un village soumis aux rythmes des saisons et des tâches quotidiennes, le lever matinal, le départ aux champs et toutes ces merveilles qui font penser au bon vieux temps.

Analyse de forme du livre crépuscule des temps anciens

La belle production de Nazi Boni interférée de multiples passages poétiques, mais aussi des dialogues entre personnages comme au théâtre, est un monument littéraire truculent et éclectique. L’intrigue suivant le schéma narratif se livre de façon progressive, forçant l’attention du lecteur. 

La situation de départ introduit le glorieux passé de l’Afrique à travers peuple Bwamu, une multitude d’actions s’ensuit jusqu’à la triste disparition des temps anciens qui scelle la chute des propos de l’auteur, « partez, tournez dos à l’aurore des temps nouveaux, et abandonnez à son triste sort l’étrange monde des m’as-tu vu. » (p.250). 

Jonché de multiples expressions de dialectes africains, le livre est également pétri de figures de rhétorique. De façon monotone, le narrateur créé par Nazi Boni, s’adresse au narrataire à travers une position qui efface sa présence (hétérodiégétique) et n’est objet d’aucun des récits racontés (extradiégétique). 

Il s’est ainsi situé dans une situation de description extradiégétique-hétérodiégétique. Il se focalise alors pour la sélection de l’information narrative à une vision illimitée (focalisation zéro) « arrivèrent deux émissaires dans la ville. Ils portaient un heureux message » (p. 133). Le mode de narration employé est mimétique, le narrateur s’étant préservé de l’utilisation du pronom personnel « je » dissimulant les signes de sa présence. 

Nazi Boni, par ailleurs, offre aux lecteurs, à partir d’une narration ultérieure, axée sur le mode singulatif (évoquer une ou plusieurs fois les événements qui se sont déroulés une ou plusieurs fois) les exploits de Térhé et de Kya, les coups bas du père de ce dernier ainsi que les cérémonies successives qui ont eu lieu. 

De multiples pauses s’observent au cours du récit traduisant un ralentissement narratif. La description s’est inscrite dans un plan temporel d’aspectualisation des événements par affectation comme on pouvait le constater au début de l’œuvre « il y a de cela … Ainsi s’exprime l’ancêtre du village » (p.21), dans le but de mieux orienter le lecteur. Que ce soit au niveau narratif ou de l’histoire, l’oeuvre de Nazi Boni plonge dans un univers de connaissance amplement riche. Un livre à lire absolument !

Une chronique de : Gervais Dassi, écrivain et chroniqueur littéraire.

Articles Similaires
Dr. Li de Maboudou Abdou Rahim alias Bravo : Une ode à l’amour 
Dr. Li de Maboudou Abdou Rahim alias Bravo : Une ode à l’amour 

“C'est risqué que d'aimer quand on sait que l'amour aime les risques” p.30. Dr. Li de Bravo. Ce livre est Lire plus

MARIE-CLAIRE : HABIB DAKPOGAN

L'écrivain est cet artiste qui aime les détails. Il s'attarde aux éléments les plus banales de notre quotidien et en Lire plus

Le viol conjugal de P. CHARIOT ; Est-on en droit de parler de viol entre époux et épouse ? 
Le viol conjugal de P. CHARIOT ; Est-on en droit de parler de viol entre époux et épouse ? 

Comment concilier l’interdiction du viol conjugal et le devoir conjugal ?  Les hommes n’ont rien inventé de mieux que le Lire plus

La folie et la mort : Ken Bugul
La folie et la mort : Ken Bugul

La folie et la mort est l’un des nombreux ouvrages de la femme de lettres d’origine sénégalaise Ken Bugul. Une Lire plus

La rose de Blida : Mohammed Moulessehoul (Yasmina Khadra)
La rose de Blida : Mohammed Moulessehoul (Yasmina Khadra)

La nostalgie de l'enfance fait partie des grands sujets d'écriture. Elle constitue le sujet à partir duquel, l'auteur entre en Lire plus

Le salut tumulaire : Sophie ADONON 
Le salut tumulaire : Sophie ADONON 

La façon dont les mots de l’écrivain ouvrent les blessures les plus profondes d’une société, c’est de cette même manière Lire plus

Ah ! Les femmes… de Isaïe BITON Koulibaly
Ah ! Les femmes… de Isaïe BITON Koulibaly

Il existe de toutes les créatures, une qui ne cesse de susciter de l'émerveillement. Pour plusieurs, la femme est la Lire plus

LE COMMERCE DES ALLONGES : ALAIN MABANCKOU
LE COMMERCE DES ALLONGES : ALAIN MABANCKOU

On s’étonnera toujours devant le génie de l’écrivain. Il s’est fait d’une idée abstraite et presque utopique une réalité dont Lire plus

Le Baobab fou de Ken Bugul
Le Baobab fou de Ken Bugul

La vie de tout être est un mystère. Elle est ce qui permet de retracer son parcours et de le Lire plus

La peste de Albert Camus
La peste. L’ouvrage s’étend sur 279 pages et est édité à Folio. Cette œuvre a reçu le prix Nobel de la Littérature en 1957.

Tout écrivain est conteur des événements de son temps. Il est aussi celui qui porte le message aux générations futures. Lire plus

3 commentaires

  1. Ping :Le livre de Florent AÏKPE, Ebullition Prix continental Prix Innov N'ZÉRÉKÉ GUINÉE 2022 L'ivre du livre

  2. Ping :Rêves amers : Maryse Condé - L'ivre Du Livre

  3. Ping :La guerre des femmes de Bottey Zadi Zaourou :  Une pièce extraordinaire du mythe feminin - L'ivre Du Livre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link