Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre
Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre

Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre

L’homme est condamné à être libre et pour cela il doit en payer le prix. Si l’autre, mon semblable qui n’est pas moi représente pour moi le reflet de mon image, il n’est d’aucun doute que je sois condamné à supporter son regard. Mais quand je parviens à découvrir que je suis libre, plus rien ne m’est obstacle. Ce sont ces vérités que Jean-Paul Sartre nous dévoile dans sa pièce de théâtre intitulée Huis clos suivi de Les mouches publiée aux Éditions Gallimard à Paris en 1947.

Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre

Présentation de l’oeuvre  et impressions Huis clos suivi de Les mouches

L’oeuvre Huis clos suivi de Les mouches se présente sur un fond noir et blanc. À la première de couverture on peut lire le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage, une illustration, puis la maison d’édition. L’illustration nous montre trois individus dans une pièce. Il s’agit d’un homme et de deux femmes. L’homme et l’une des femmes ont leur regard tourné vers une seconde femme. Celle-ci s’est courbée, la tête posée sur le bras d’un siège. Son attitude illustre qu’elle essayait de fuir le regard de ses deux autres compagnons. 

On peut lire à la quatrième de couverture le nom de l’auteur toujours suivi du titre de l’œuvre et un petit extrait. Juste après ceci on lit une petite bibliographie de l’auteur, puis enfin une petite illustration de la version commentée de l’œuvre.

À partir de la première de couverture, on peut s’attendre à une scène tournant autour de trois personnes. L’expression du visage de la plus grande femme et celui de l’homme parait accuser celle qui a la tête baissée sur le bord d’un meuble. 

Ceci pourrait également bien être une révélation de la difficulté du vivre ensemble.

Résumé de la pièce théâtrale HUIS CLOS suivi de Les Mouches de SARTRE

Huis Clos est une pièce théâtrale suivie d’une seconde pièce appelée Les mouches. 

Dans la première pièce intitulée Huis clos, il s’ agit d’une pièce en un acte tournant autour de quatre personnages. Garcin, un éditeur et journaliste, descendit dans un hôtel où il fut conduit à sa chambre par Garçon, le jeune homme d’hôtel. Garcin se plaignit au garçon de l’incommodité de l’appartement mais celui-ci le rassura. Il acquiesça donc malgré lui. 

Inès, une fonctionnaire de la poste et Estelle qui venait d’échouer dans un mariage à Paris seront les voisines de Garcin. Au total, ils seront trois à vivre dans le même appartement. Il y régnait dans l’appartement une tension inextricable, ce qui convenait très bien aux trois car ils se disaient être en enfer (chacun récoltant le fruit de ses actions). 

Après que chacun eût conté son histoire, ils avaient commencé à s’accepter mais les petites querelles étaient inévitables. Garcin, Inès, et Estelle, aucun des trois ne supportaient le silence ainsi que les actes de l’autre. Ils découvrirent alors qu’aucun d’eux ne pouvait être à l’abri du regard de l’autre. 

L’autre qui n’est pas moi, mais qui me permet de me sentir moi. Comment vivre quand le regard de l’altérité est constamment sur soi ? Peut-on se passer d’autrui ?

Les mouches est la deuxième pièce de l’œuvre. Elle est une pièce théâtrale en trois actes. Celle-ci conte l’histoire d’Oreste, un jeune prince exilé qui revint venger la mort de son père et libérer son peuple. 

Avec son courage et son éternelle philosophie de la liberté, il rencontra sa sœur Électre qui l’aida à tuer Égisthe l’assassin d’Agamemnon son père. Égisthe épousa la reine Clytemnestre (mère d’Oreste et d’Électre) après avoir tué leur père.

Égisthe de connivence avec Jupiter, le Dieu du Mal mettait tout en œuvre pour maintenir le peuple dans la servitude.  Une fois vaincu, Jupiter voulut soumettre Oreste sous son autorité mais il échoua. 

Électre bien qu’ayant désiré depuis longtemps la mort d’Égisthe et de sa mort Clytemnestre, ne se remit pas de l’acte d’Oreste qui mit fin à leurs vies. Elle se perdait dans le remords et Oreste libéra le peuple en leur révélant qu’il possède un pouvoir qui échappe à tout Dieu : la liberté.

Analyse et avis critique sur la pièce HUIS CLOS suivi de Les Mouches de SARTRE

Huis clos est un ouvrage qui nous plonge au cœur de l’existentialisme sartrien. À travers les différents personnages de son œuvre, Sartre nous montre les différents obstacles auxquels se brise la liberté humaine.

L’homme selon Sartre doit toujours lutter pour sa propre liberté et ne compter que sur lui-même. Soulignons que cela nous interpelle sur un concept fondamental de la philosophie sartrienne. Il s’agit d’autrui. 

Autrui selon Sartre est cet être qui est comme moi, qui me ressemble mais qui n’est pas moi. C’est à travers l’image d’autrui que l’homme fait l’expérience de sa propre liberté.

L’homme pour Sartre semble être condamné à vivre sous le regard de l’autre. L’autre qui circonscrit ma liberté et m’empêche d’en jouir. Il nous montre cela dans la première pièce intitulée Huis clos: « Tous ces regards qui me mangent… (…) je vous croyais plus nombreuses. (Il rit). Alors, c’est ça l’enfer. » p.93

Si l’homme est liberté et que ce n’est qu’à travers celle-ci que l’homme se sent maître de son destin,  l’espoir s’avère indispensable. Comme nous le montre Sartre, l’angoisse et la peur sont les fantômes qui caressent ceux qui espèrent. Cependant du moment où l’espoir n’existe plus, c’est une partie de l’homme qui s’éteint. 

C’est dans ce désespoir que l’homme prend réellement conscience de qui il est et de son pouvoir. On peut lire cela dans les propos d’Inès dans la  pièce Huis clos lorsqu’elle déclare : « La peur, c’était bon avant, quand nous gardions de l’espoir.» p.26

Soulignons que Sartre nous montre également dans cette œuvre plutôt philosophique que littéraire, que l’homme place souvent ce qui lui paraît incompréhensible sous le couvert du hasard. Le hasard apparaît lorsque l’homme à travers l’exercice de sa conscience atteint le «maximum». C’est-à-dire le lieu ou le point où la réalité semble surpasser son degré de conscience. 

L’existentialisme nous apprend que le hasard n’est qu’une chimère. C’est plutôt l’homme qui construit les circonstances et les événements de sa vie. Autrement dit, l’homme n’a que le résultat de ses actions. On peut lire cela lorsque le personnage de Garcin affirme dans la pièce Huis clos : « Je vous dis que tout était prévu. » p.93

L’œuvre Huis clos de Sartre nous apprend que la liberté n’a pas de prix que la vie humaine elle-même. Mieux, l’homme devient un “Dieu” lorsqu’il prend conscience qu’il est libre. Lorsqu’il reconnaît qu’il possède la capacité de briser ses chaînes, les chaînes qui le maintiennent dans l’ignorance et la servitude. 

Comme on peut le voir dans l’acte 2 de la pièce Les mouches, l’homme échappe au contrôle de ses semblables et même des dieux lorsqu’il découvre qu’il est libre. Et ceci le pousse donc à accomplir le devoir du philosophe comme nous l’apprend Platon dans le livre VII de La République

Autrement dit, celui qui a atteint le monde intelligible revient porter un coup de main aux autres afin qu’ils puissent découvrir le vrai. Le premier à découvrir la vérité constitue donc un libérateur pour le peuple asservi mais un obstacle pour le dirigeant qui désire maintenir à jamais le peuple dans la servitude. Ceci vient corroborer le tableau que nous montre le philosophe allemand Hegel dans La Phénoménologie de l’esprit à travers sa dialectique du maître et de l’esclave.

Sartre ne s’écartera donc pas de ses prédécesseurs, mais il fait plutôt sonner la sonnette d’alarme afin que l’homme se réveille de son légendaire sommeil. Il nous montre à la page 203 de son ouvrage qu’un homme libre est comme une peste qui contamine les autres. « Un homme libre dans une ville, c’est comme une brebis galeuse dans un troupeau. Il va contaminer tout mon royaume et ruiner mon oeuvre. » Égisthe dans Les mouches. 

Nous pouvons oser ici ouvrir une parenthèse pour faire une analogie entre les propos d’Égisthe et l’éveil des nations africaines qu’on constate de plus en plus. Si on considère le personnage Égisthe comme l’Occident, il est possible de lire à travers ses propos toute sa crainte face à l’éveil des peuples africains. Et pour clore cette parenthèse, nous dirons comme Dénis AVIMADJESSI : « quand le monde s’éveillera, le monde tremblera».

À travers chaque personnage des deux pièces théâtrales, chaque homme peut importe sa couleur de peau ou ses origines. Les différents personnages de l’œuvre ne sont que le reflet de chaque homme. Sartre nous dévoile le secret du bonheur et ce secret n’est autre que la liberté. Bien que ce bonheur soit une chimère car la liberté comme il le dit est un fardeau, il est important que tout homme y goûte.

Avec un ton sentencieux, Sartre nous apprend que personne n’est capable de sauver l’homme à part lui-même, même pas un quelconque Dieu. Ceci statue donc l’homme comme le seul responsable de son existence (ce qui constitue le fondement même de l’existentialisme). 

Tout homme est appelé à se battre et à se libérer des prismes qui obstruent sa vision de la vie. Autrement dit, la vie d’un homme ne ressemblerait à rien s’il ne décide pas lui-même d’en faire quelque chose. Puisqu’il ne faut pas oublier qu’il est libre. C’est avec juste raison que le personnage d’Oreste dans la pièce Les mouches déclare : 

« Je l’aime plus que moi-même. Mais ses souffrances viennent d’elle, c’est elle qui peut s’en délivrer: Elle est libre.» p.227

L’œuvre Huis clos  de Sartre est une œuvre de haute portée philosophique que littéraire. Elle permet au lecteur de se connecter à lui-même et de prendre sa vie en main. Sartre déchante les hommes et leur fait comprendre qu’il n’existe dans ce monde aucun sauveur et que chacun devrait se sauver. 

L’ouvrage appelle chacun de nous à faire une introspection afin de déceler les causes de nos souffrances et d’y remédier. Sartre appelle le lecteur et même tous les hommes à préserver dans leur lutte pour la liberté. 

En déchantant le hasard, l’auteur appelle à une prise des responsabilité car s’il est une chose qui fait l’homme c’est la liberté mais cette dernière constitue une porte vers la prise des responsabilités.

L’ouvrage Huis clos est une pièce théâtrale suivie d’une seconde pièce intitulée Les mouches. 

Huis clos est une pièce en un seul acte et constitue la première partie de l’œuvre. La seconde partie est constituée de la seconde pièce intitulée Les mouches qui est une pièce en trois actes. L’ouvrage débute par le titre puis s’achève sur une bibliographie de l’auteur. 

Dans un style unique et un registre soigné, l’auteur a su poser un meilleur décor pour ses personnages. L’usage du langage poétique, des symboles et les descriptions saisissantes des scènes crée le suspens et l’entrain à la lecture. L’ouvrage est accessible à tous les passionnés et offre matière à réflexion. Tout lecteur en sortira transformé. Notons également qu’à travers cette œuvre le lecteur plongera dans les abysses et les arcanes de l’existentialisme sartrien.

Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre

Bref aperçu sur l’auteur

J-P Sartre est un journaliste, écrivain et philosophe français engagé né à Paris en 1905 et mort en 1980. 

Il est l’auteur de romans : Le sursis, La nausée,… de nouvelles : Le mur, d’une autobiographie : Les mots, d’essais philosophiques : L’être et le néant,… de théâtre : Les mains sales, Le diable et le bon Dieu et bien d’autres.

Articles Similaires
Ce que tu fais te fait de Félicien K. SOSSOU, une philosophie de vie : à la source des principes  régissant la vie.

L'univers est régi par des lois. L'homme est partie intégrante de la nature et donc forme avec elle un tout. Lire plus

Kidal de Myrtille Akofa HAHO 
visuel pour chronique livre sur l'ivre du livre

Le livre Kidal de Myrtille Akofa HAHO est un recueil de six (06) nouvelles publié aux éditions Savanes du continent Lire plus

Le Garçon Safou : Grégoire Folly 
Le Garçon Safou : Grégoire Folly 

Janas, petit garçon, à l’image d’un Safou, comme la plupart des garçons de son âge, a les bonnes manières en Lire plus

En paix avec la vie : comment guérir de la perte d’un enfant ? de Nadège ANAGO
En paix avec la vie : comment guérir de la perte d'un enfant ? de Nadège ANAGO

En paix avec la vie : comment guérir de la perte d'un enfant ? est un ouvrage autobiographique de 100 Lire plus

Wanilo : Rabelais Mahugnon KPECHEKOU 
Wanilo : Rabelais Mahugnon KPECHEKOU 

Wanilo, c’est le titre du premier ouvrage littéraire publié par le jeune écrivain béninois Rabelais M. KPECHEKOU. Ce recueil de Lire plus

La violence faite aux hommes de Yvon Dallaire : un cri de cœur lancé pour une révision de la perception de la violence conjugale
La violence faite aux hommes de Yvon Dallaire : un cri de cœur lancé pour une révision de la perception de la violence conjugale

La famille est la plus petite institution de toute société. Mais c’est également l’instrument fondamentale à la survie de l’humanité. Lire plus

La plus belle maman de Edgar Okiki Zinsou
La plus belle maman de Edgar Okiki Zinsou

Qu'est-ce que la beauté ? Qu'est-ce ce qu'une belle femme ? Qu'est-ce qu'une belle maman ? C'est à ces diverses Lire plus

365 jours avec la sagesse bousanké (Boo) » écrit par OROU LOGOUMA Cosme
Lancement officiel de deux nouveaux ouvrages de Cosme Orou Logouma à Parakou

      «Il y a très longtemps, sur le rônier, chantait le vent des contes. Mars est là, voici venu le temps Lire plus

L’Eldorado de Mélissa : Malick CHABI GONI 
L’Eldorado de Mélissa : Malick CHABI GONI 

Le livre L’Eldorado de Mélissa est écrit par Malick CHABI GONI sur 169 pages. Ce recueil de nouvelles de l’auteur Lire plus

Pot-Bouille : Émile Zola
Pot-Bouille : Émile Zola

À une époque de l'histoire de la France où émergeait la moyenne et petite bourgeoisie, le mode de vie s'était Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link