L’opium du peuple par Karl Marx 
L’opium du peuple par Karl Marx 

L’opium du peuple par Karl Marx 

La religion est l’opium du peuple, est la formule la plus rarement formulée mais qui sera la plus répétée, la plus exploitée et la plus déformée. Elle ressort de la situation socio-économique allemande des années 1840 et succède à la réforme de Luther opérée le 31 octobre 1517. Le livre écrit par Karl Marx et qui a pour titre l’opium du peuple est un véritable discours philosophique sur les croyances humaines. Il a été publié aux éditions Mille et une nuits et couvre 62 pages.

L’opium du peuple par Karl Marx 

Le récit de Karl Marx 

Dans le récit de Karl Marx sur la religion, il ressort clairement une trilogie qui fonde son analyse. Celle Ciel – Théologie – Religion dans le domaine de la foi qui s’apparente à la trilogie Terre – Philosophie – Politique dans la vie réelle. L’œuvre remet en cause la situation socio-politique allemande contemporaine dans l’optique de participer à l’émancipation du peuple de Marx. 

L’auteur attribue dans son ouvrage l’immobilisme allemand à son enracinement chrétien. Pour lui, “la religion freine d’autant plus la libération et l’autonomie des hommes qu’elle maintient dans un état de sujétion perpétuelle vis-à-vis de Dieu”. Paradoxalement, Marx remarque que c’est l’homme qui fait la religion, ce n’est pas l’inverse.

L’aliénation de l’homme par la religion 

Cela l’amène à se demander : <<si la religion aliène l’humanité, cette aliénation n’est-elle pas une forme d’auto-aliénation ?>>. La religion amène en effet, l’homme à chercher une consolation dans l’au-delà. L’homme allemand est victime de la “situation aberrante”, engendrée par l’évolution historique et politique de la société. 

Cette évolution a créé un monde absurde et injuste que la religion tente de remédier après en avoir été l’instigateur. Ce qui le pousse à se faire une fausse idée du monde réel ainsi que de lui-même. Il souffre et s’invente Dieu afin d’apaiser sa souffrance. Malheureusement, cette quête crée un cortège de misère qui lui permet de s’accepter et de finir par accepter l’injustice sociale. 

L’analyse du livre 

L’analyse de Marx sur le caractère opium de la religion fait suite à celle de Kant dans la note ‘’religion dans les limites de la simple raison’’ et de Feuerbach. Elle propose “d’abolir la religion en tant que bonheur illusoire” p.51. Marx précise d’ailleurs que ce n’est pas la religion en elle-même qui fait l’objet de critique mais plutôt la société. 

Cette dernière faisant le lit à l’illusion ne conçoit plus la religion comme des médications pour “masquer la douleur sans jamais en soigner la source”.  Par analogie à la médecine, Marx fait remarquer que la religion ainsi considérée fait que la maladie gagne du terrain. Cela jusqu’à l’issue fatale sans même que le malade s’en rende compte. 

Se passer de la religion fera que le monde suffirait alors au bonheur réel de l’homme. Mais attention ! Pour se passer de la religion, il faut une transformation radicale de la société. Sinon, la cruauté et la souffrance évolueront de manière ascendante. C’est surtout à la puissance politique prise par la religion au fil du temps que Marx s’en prend. 

Il pense que cela fait le nid à l’injustice et donc qu’il faudra y mettre un terme. Il ne s’agit surtout pas de la religion en elle-même. Marx s’attaque plus dans son ouvrage à l’aliénation sociale, politique et économique. La Réforme de Luther est l’un des modèles que l’auteur pense être plus bénéfique pour la transcendance. 

Celle-ci s’attaque par la force à la racine de l’injustice sociale et participe activement à l’émancipation humaine. Elle amène l’homme à devenir l’être suprême qu’il est censé être. 

L’opium du peuple par Karl Marx 4 ème de couverture

Livre : L’opium du peuple 

Auteur : Karl Marx 

Éditions : Mille et une nuits

Année de parution

Gervais DAG

Gervais DAG

Articles Similaires
Ce que tu fais te fait de Félicien K. SOSSOU, une philosophie de vie : à la source des principes  régissant la vie.

L'univers est régi par des lois. L'homme est partie intégrante de la nature et donc forme avec elle un tout. Lire plus

Kidal de Myrtille Akofa HAHO 
visuel pour chronique livre sur l'ivre du livre

Le livre Kidal de Myrtille Akofa HAHO est un recueil de six (06) nouvelles publié aux éditions Savanes du continent Lire plus

Le Garçon Safou : Grégoire Folly 
Le Garçon Safou : Grégoire Folly 

Janas, petit garçon, à l’image d’un Safou, comme la plupart des garçons de son âge, a les bonnes manières en Lire plus

En paix avec la vie : comment guérir de la perte d’un enfant ? de Nadège ANAGO
En paix avec la vie : comment guérir de la perte d'un enfant ? de Nadège ANAGO

En paix avec la vie : comment guérir de la perte d'un enfant ? est un ouvrage autobiographique de 100 Lire plus

Wanilo : Rabelais Mahugnon KPECHEKOU 
Wanilo : Rabelais Mahugnon KPECHEKOU 

Wanilo, c’est le titre du premier ouvrage littéraire publié par le jeune écrivain béninois Rabelais M. KPECHEKOU. Ce recueil de Lire plus

Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre
Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre

L'homme est condamné à être libre et pour cela il doit en payer le prix. Si l'autre, mon semblable qui Lire plus

La violence faite aux hommes de Yvon Dallaire : un cri de cœur lancé pour une révision de la perception de la violence conjugale
La violence faite aux hommes de Yvon Dallaire : un cri de cœur lancé pour une révision de la perception de la violence conjugale

La famille est la plus petite institution de toute société. Mais c’est également l’instrument fondamentale à la survie de l’humanité. Lire plus

La plus belle maman de Edgar Okiki Zinsou
La plus belle maman de Edgar Okiki Zinsou

Qu'est-ce que la beauté ? Qu'est-ce ce qu'une belle femme ? Qu'est-ce qu'une belle maman ? C'est à ces diverses Lire plus

365 jours avec la sagesse bousanké (Boo) » écrit par OROU LOGOUMA Cosme
Lancement officiel de deux nouveaux ouvrages de Cosme Orou Logouma à Parakou

      «Il y a très longtemps, sur le rônier, chantait le vent des contes. Mars est là, voici venu le temps Lire plus

L’Eldorado de Mélissa : Malick CHABI GONI 
L’Eldorado de Mélissa : Malick CHABI GONI 

Le livre L’Eldorado de Mélissa est écrit par Malick CHABI GONI sur 169 pages. Ce recueil de nouvelles de l’auteur Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link