Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige de Roger Caillois
Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige de Roger Caillois

Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige de Roger Caillois

Très souvent, les jeux sont appréhendés comme des activités de moindre importance, de divertissement, auxquelles on s’adonne pour lutter contre l’ennui, pour tuer le temps, quand on n’a rien de lucratif à faire, bref, des activités sans aucune importance socio-culturelle. 

Mais il y a quelques décennies, les jeux et leurs valeurs civilisationnelles ont donné naissance à une étude approfondie et à un débat très houleux. Il était question non seulement d’étudier les jeux dans leur immense diversité à travers le temps et l’espace, mais aussi et surtout, d’y chercher leurs apports, leur importance dans la culture, pour l’homme et pour l’humanité. 

Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige de Roger Caillois

Dans cette veine, anthropologues, sociologues et éthologues vont se livrer à un débat d’idées qui a fait couler toute une vase d’encre. Parmi ceux-ci figure l’éminent sociologue Roger Caillois. 

Caillois est né le 3 mars 1913 à Reims et est décédé le 21 décembre 1978 au Kremlin-Bicêtre. Il est écrivain, sociologue et critique littéraire français. Agrégé de la grammaire, il fonde en 1938, avec Georges Bataille et Michel Leiris, le Collège de la Sociologie, destinée à l’étude des manifestations du sacré dans la vie sociale. 

Il est également fondateur de l’Institut français de Buenos Aires, de la revue Les Lettres françaises, de la Collection Gallimard « La croix du sud » et de la revue de sciences humaines Diogène. Élu Académicien en 1971, il a une bibliographie bien riche en essais, en poésies et en critiques littéraires. 

Parmi les plus célèbres de ses essais, on peut citer Le mythe et l’homme, L’homme et le sacré, Esthétique généralisée et bien sûr Les jeux et les hommes, objet du présent article. 

Les jeux et les hommes, le masque et le vertige est un essai, paru, pour la première fois en 1958 à l’édition Gallimard. Cette édition sera revue puis augmentée en 1967 par la même maison d’édition en raison du succès extraordinaire qu’elle obtient. Les jeux et les hommes est écrit sur 374 pages. 

Il est subdivisé en trois grandes parties (Caillois, 1967). Sur ces 374 pages, Roger Caillois s’inscrit dans la longue liste des auteurs, tout horizon confondu, notamment des philosophes, des anthropologues et des sociologues qui, avant lui, « ont été frappés par l’interdépendance des jeux et de la culture. » 

A l’instar de ses prédécesseurs et en contraste avec la plupart d’entre eux, Caillois s’intéresse, à sa manière, à la relation fructueuse ou destructrice qui pourrait exister entre les jeux et la culture. Il a essayé de répondre à plusieurs questions dans ce livre.

Qu’est-ce que le jeu ? Comment réussir à classifier les jeux, « malgré leur diversité presque infinie qui les caractérise », en tenant compte de ce qu’ils ont de différents, de communs, de leur vision socio-culturelle ? Les jeux sont-ils les débris de la culture ou c’est l’ensemble des jeux qui crée la culture ? 

Quelle est l’importance socio-culturelle des jeux dans la construction d’une civilisation équilibrée et régularisée ? Les différentes règles qui régissent les jeux ne sont-elles pas le reflet des conventions sociétales ? Comment pouvons-nous nous inspirer de l’ensemble des règles régissant les jeux, de leur « convention » pour établir une société régularisée ?

De par ses analyses minutieuses, Roger Caillois « montre en quoi, non pas le jeu lui-même, mais les dispositions psychologiques qu’il traduit et qu’il développe peuvent en effet constituer d’importants facteurs de civilisation. » Explicitement, l’auteur soutient avec une argumentation bien feutrée que « la plupart des institutions qui ordonnent les sociétés » et des « disciplines qui contribuent » à la gloire de toute civilisation sont inspirées de l’esprit des jeux. 

L’esprit des jeux, c-à-d les différentes règles qui les régissent, leur « convention » serait alors présent dans des institutions telles que le Droit, la Politique, l’Art dans tous ces domaines, la guerre…

Les jeux et les hommes est écrit dans un style langagier accessible au lecteur moyen. Néanmoins, la complexité de l’esprit du débat qu’il aborde peut laisser le lecteur, peu informé sur la question, totalement bleu. Il s’agit d’un livre, mine d’informations qui peut aider tout lecteur non seulement à enrichir son vocabulaire, mais davantage à avoir une vision précise sur les jeux pris dans leur ensemble et sur leur importance. C’est inéluctablement un livre à lire, un livre à s’offrir pour élucider le mystère conventionnel des jeux et leur statut dans la sociologie.

Edmond Batossi, chroniqueur chez L’ivre Du Livre

Articles Similaires
En paix avec la vie : comment guérir de la perte d’un enfant ? de Nadège ANAGO
En paix avec la vie : comment guérir de la perte d'un enfant ? de Nadège ANAGO

En paix avec la vie : comment guérir de la perte d'un enfant ? est un ouvrage autobiographique de 100 Lire plus

Wanilo : Rabelais Mahugnon KPECHEKOU 
Wanilo : Rabelais Mahugnon KPECHEKOU 

Wanilo, c’est le titre du premier ouvrage littéraire publié par le jeune écrivain béninois Rabelais M. KPECHEKOU. Ce recueil de Lire plus

Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre
Huis clos suivi de Les mouches : Jean-Paul Sartre

L'homme est condamné à être libre et pour cela il doit en payer le prix. Si l'autre, mon semblable qui Lire plus

La violence faite aux hommes de Yvon Dallaire : un cri de cœur lancé pour une révision de la perception de la violence conjugale
La violence faite aux hommes de Yvon Dallaire : un cri de cœur lancé pour une révision de la perception de la violence conjugale

La famille est la plus petite institution de toute société. Mais c’est également l’instrument fondamentale à la survie de l’humanité. Lire plus

La plus belle maman de Edgar Okiki Zinsou
La plus belle maman de Edgar Okiki Zinsou

Qu'est-ce que la beauté ? Qu'est-ce ce qu'une belle femme ? Qu'est-ce qu'une belle maman ? C'est à ces diverses Lire plus

365 jours avec la sagesse bousanké (Boo) » écrit par OROU LOGOUMA Cosme
Lancement officiel de deux nouveaux ouvrages de Cosme Orou Logouma à Parakou

      «Il y a très longtemps, sur le rônier, chantait le vent des contes. Mars est là, voici venu le temps Lire plus

L’Eldorado de Mélissa : Malick CHABI GONI 
L’Eldorado de Mélissa : Malick CHABI GONI 

Le livre L’Eldorado de Mélissa est écrit par Malick CHABI GONI sur 169 pages. Ce recueil de nouvelles de l’auteur Lire plus

Pot-Bouille : Émile Zola
Pot-Bouille : Émile Zola

À une époque de l'histoire de la France où émergeait la moyenne et petite bourgeoisie, le mode de vie s'était Lire plus

Nina Simone Love me or leave me de Mathilde Hirsch et Florence Noiville
Nina Simone Love me or leave me de Mathilde Hirsch et Florence Noiville

Si dans le monde, il existe de ces personnes qui naissent avec une cuillère d'or dans la bouche, certains ont Lire plus

Le royaume des damnés de Niyi Mayowa 
Le royaume des damnés de Niyi Mayowa 

Le livre Le royaume des damnés paru aux éditions Savanes du continent en 2020 est le premier roman de Niyi Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link