« Cœur câliné-cœur calciné » d’Eric-Amour Amayidi ou l’amour comme une épée à double tranchants ?
« Cœur câliné-cœur calciné » d’Eric-Amour Amayidi ou l’amour comme une épée à double tranchants ?

« Cœur câliné-cœur calciné » d’Eric-Amour Amayidi ou l’amour comme une épée à double tranchants ?

La poésie par définition est l’expression de l’âme, de la passion, du beau. De Ronsard à Hugo, cet art a pendant longtemps servi a dit les sentiments, à exprimer les émotions, à défendre les idéologies. Et c’est pour dire ses ressentis, dessiner la flamme qui brûle en lui que Eric-Amour AMAYIDI, enseignant de français dans les lycées et collèges du Bénin, nous pond Cœur câliné-Cœur calciné, une poésie parue en juillet 2023 chez Légende éditions. Subdivisé en deux parties lesquelles sont : Cœur câliné (Lettre à ma dulcinée) et Cœur calciné (Les complaintes d’une âme brisée) le recueil s’étend sur 92 pages. Sa dédicataire est une femme (Jéronime Chékété-Amayidi). 

« Cœur câliné-cœur calciné » d’Eric-Amour Amayidi ou l’amour comme une épée à double tranchants ?

L’auteur a choisi le genre littéraire idéal pour faire couler les émotions qui emportent un cœur aimant et dans un second temps, la douleur que traverse un cœur déchiré. L’auteur a mis la femme au centre de ses écrits. La femme n’est d’ailleurs-t-elle pas la plus belle poésie qui puisse exister ? Elle est l’émotion, la sensualité, la douceur et en même temps la douleur façonnée depuis la nuit des temps pour gouverner le monde. La première de couverture du livre porte cette femme dans toute sa splendeur. Sur son visage à moitié voilé, un peu fade ou que dirais-je encore, rayonnante se cache un mystère. Et ce mystère, l’on le trouve entre les vers de l’Épisode 28 (Pages 59 et 60) et de la Lettre 10  grâce au génie du poète.

La première partie intitulée « Cœur câliné » projette le lecteur dans l’univers féérique d’un prince des tropiques éperdument amoureux de sa « dulcinée ». À travers chacune des lettres qui meublent cette partie, on peut lire la succession des brins d’amour qu’il porte en son for intérieur. Sous les feux intenses qu’attise le mythique Cupidon, il laisse libre cours à son cœur qui s’exprime, et ses doigts qui transcrivent les éloges de la bien-aimée, cette sa muse, cette fontaine à laquelle le poète s’abreuve sans modération.

                                                  C’est dimanche

                                               Les sens de nous deux

                                         S’éveillent à la brume matinale

                                       Sur le lit dominical de ton corps

                                                L’évangile de l’amour

                                                Parle le même langage

                                Que le doux parfum de ta peau satinée

                              Et  emmitonnée dans la couverture du désir… (Page 28)

La deuxième partie intitulée « Cœur calciné » est un hymne de réconfort dédié à Toutes les femmes qui un jour ont coulé les larmes du désespoir. Elle s’ouvre comme une rupture émotionnelle. Ici, les vers viennent renverser la saveur et la douceur présentes dans les vers de la première partie. Ici, l’auteur prend le cœur d’une femme-victime qui a goûté à l’amour et en est sortie le cœur en haillon. Vingt ans plus tard, cette victime trimballe sur un corps déchiré, un cœur fragmenté, entièrement  réduit et dont les morceaux errent et peine à se recoller, à oublier les souvenirs de cette déception. Ce cœur désespéré a pour refrain Je ne suis même plus une femme. Le poète nous expose dix lettres faites de vers mélancoliques, de mots nostalgiques de cette victime. Des lettres-poèmes dans lesquelles on sent un cœur submergé par des douleurs. Une victime qui se fait voix des sans voix, la voix des femmes qui ont un jour aimé, mais en retour n’ont eux que leurs larmes pour pleurer les abus et douleurs qui leur ont été infligés

                                                     Eros

                                              Enfin mon bourreau

                                    Que ces vers qui pleurent ma douleur

                                          Confient aux soins de l’éternité

                            Les larmes des femmes abusées et désabusées… (Page 86)

« Cœur câliné-cœur calciné » d’Eric-Amour Amayidi ou l’amour comme une épée à double tranchants ?

L’auteur a su donner de l’émotion au fil des épisodes et lettres qui font l’originalité de son recueil de poèmes. À travers  Cœur câliné-cœur calciné, on se délecte du beau et du faux, du bonheur et du malheur, de l’espoir et du désespoir.

Anicette S. HOUNHATOHOU

          (Farandoles Littéraires)

Articles Similaires
Dr. Li de Maboudou Abdou Rahim alias Bravo : Une ode à l’amour 
Dr. Li de Maboudou Abdou Rahim alias Bravo : Une ode à l’amour 

“C'est risqué que d'aimer quand on sait que l'amour aime les risques” p.30. Dr. Li de Bravo. Ce livre est Lire plus

MARIE-CLAIRE : HABIB DAKPOGAN

L'écrivain est cet artiste qui aime les détails. Il s'attarde aux éléments les plus banales de notre quotidien et en Lire plus

Le viol conjugal de P. CHARIOT ; Est-on en droit de parler de viol entre époux et épouse ? 
Le viol conjugal de P. CHARIOT ; Est-on en droit de parler de viol entre époux et épouse ? 

Comment concilier l’interdiction du viol conjugal et le devoir conjugal ?  Les hommes n’ont rien inventé de mieux que le Lire plus

La folie et la mort : Ken Bugul
La folie et la mort : Ken Bugul

La folie et la mort est l’un des nombreux ouvrages de la femme de lettres d’origine sénégalaise Ken Bugul. Une Lire plus

La rose de Blida : Mohammed Moulessehoul (Yasmina Khadra)
La rose de Blida : Mohammed Moulessehoul (Yasmina Khadra)

La nostalgie de l'enfance fait partie des grands sujets d'écriture. Elle constitue le sujet à partir duquel, l'auteur entre en Lire plus

Le salut tumulaire : Sophie ADONON 
Le salut tumulaire : Sophie ADONON 

La façon dont les mots de l’écrivain ouvrent les blessures les plus profondes d’une société, c’est de cette même manière Lire plus

Ah ! Les femmes… de Isaïe BITON Koulibaly
Ah ! Les femmes… de Isaïe BITON Koulibaly

Il existe de toutes les créatures, une qui ne cesse de susciter de l'émerveillement. Pour plusieurs, la femme est la Lire plus

LE COMMERCE DES ALLONGES : ALAIN MABANCKOU
LE COMMERCE DES ALLONGES : ALAIN MABANCKOU

On s’étonnera toujours devant le génie de l’écrivain. Il s’est fait d’une idée abstraite et presque utopique une réalité dont Lire plus

Le Baobab fou de Ken Bugul
Le Baobab fou de Ken Bugul

La vie de tout être est un mystère. Elle est ce qui permet de retracer son parcours et de le Lire plus

La peste de Albert Camus
La peste. L’ouvrage s’étend sur 279 pages et est édité à Folio. Cette œuvre a reçu le prix Nobel de la Littérature en 1957.

Tout écrivain est conteur des événements de son temps. Il est aussi celui qui porte le message aux générations futures. Lire plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link